Sujets

Les unités d’arrêt garantissent l’accessibilité des portes coupe-feu

La fermeture des portes coupe-feu peut être particulièrement désagréable pour les personnes devant les franchir régulièrement. Mais si elles sont équipées d’une unité d’arrêt, elles peuvent rester ouvertes car les unités d’arrêt garantissent la fermeture des portes de façon certaine en cas d’incendie. En raison de la complexité de ces installations, un entretien régulier est obligatoire.

Portes coupe-feu et pare-flammes : indispensables mais souvent peu pratiques

Les incendies peuvent se déclarer rapidement et très souvent sans que personne ne s’en aperçoive. L’étanchéité est toujours la solution la plus efficace pour empêcher la propagation de gaz mortels. Cela signifie que les murs ignifuges des bâtiments, doivent empêcher la propagation du feu et de la fumée aussi longtemps que possible. Toutefois, ils ne peuvent le faire que si les dispositifs de fermeture (portes coupe-feu) dans les murs de protection contre l’incendie, c’est-à-dire les portes et les portails, sont fermés en cas d’incendie. Les portes coupe-feu doivent être équipées de ferme-portes afin qu’elles se ferment en toute autonomie.

Toutefois, les portes sont souvent difficiles à ouvrir. En effet, l’ouverture d’une porte est souvent considérée comme difficile et peu pratique. Les enfants et les personnes à mobilité réduite peuvent avoir besoin d’une aide extérieure. Pour ces personnes, une porte constitue un réel obstacle. Il est donc souvent souhaitable lors de situations normales, de garder les portes ouvertes plus longtemps voire en permanence. Cependant, maintenir une porte ouverte mécaniquement à l’aide d’une cale ou d’un crochet est une négligence grave au regard de la protection contre l’incendie car le ferme-porte sera dès lors, incapable de fermer la porte en cas d’incendie.

Des unités d’arrêt en lieu et place des cales

Les unités d’arrêt électriques approuvées présentent plus d’avantages et sont bien mieux adaptées que les cales en matière de technique de protection contre l’incendie. Elles désactivent de manière contrôlée la fonction de fermeture automatique d’une porte coupe-feu. Cela signifie qu’elles maintiennent les portes coupe-feu ouvertes, mais les déclenchent automatiquement en cas d’incendie afin que les ferme-portes puissent remplir leur rôle.

Les unités d’arrêt sont des systèmes techniques complexes. Elles se composent au minimum d’un détecteur de fumée, d’un bloc d’alimentation, d’un dispositif d’arrêt ainsi que d’un dispositif de déclenchement. Les dispositifs d’arrêt sont souvent des systèmes électromagnétiques tels que les ventouses électromagnétiques, les valves magnétiques ou encore les accouplements magnétiques. Les ventouses électromagnétiques nécessitent le montage de contre-plaques de maintien sur le mur. Les autres systèmes sont déjà intégrés dans le ferme-porte ou le bras à coulisse.

Tous les types de dispositifs d’arrêt ont un point commun : ils sont activés par le détecteur de fumée en cas de déclenchement de l’alarme, ou par le dispositif de déclenchement en cas de panne de courant. Ils déclenchent la porte qui se ferme grâce au ferme-porte. S’il s’agit d’une porte à deux vantaux, un sélecteur de fermeture intégré permet d’assurer que les vantaux se ferment correctement. Et ainsi, l’objectif de sécurisation de la porte coupe-feu est atteint : elle empêche la propagation du feu et de la fumée.

La porte peut être déclenchée manuellement à tout moment

Lorsqu’une porte ouverte doit être fermée, une intervention est possible à tout moment et la fonction maintien porte ouverte peut être déclenchée manuellement. En effet, l’homologation type de l’Institut allemand des techniques de construction (DIBt) prescrit une option de déclenchement manuel. Un déclencheur manuel d’arrêt d’urgence, qui coupe le courant de maintien, peut exécuter cette fonction. Il doit être rouge et porter l’inscription « fermer porte ». Il doit également être situé à proximité, et ne doit pas se situer derrière des portes qui en bloquent l’accès. Lorsque le dispositif d’arrêt peut être déclenché en poussant légèrement le vantail, aucun déclencheur manuel d’arrêt d’urgence n’est nécessaire.

En outre, les automatismes de portes battantes et les ferme-portes à bras débrayable qui permettent un passage presque sans effort à travers des portes coupe-feu, doivent être considérés comme un élément (dispositif d’arrêt) d’une unité d’arrêt et, peuvent d’ores et déjà être inclus en tant que composants de l’unité d’arrêt, par exemple un bloc d’alimentation, un dispositif de déclenchement et un détecteur de fumée.

Unités d’arrêt pour les portes coupe-feu

Les porte coupe-feu et pare-flammes doivent empêcher la propagation du feu ou de la fumée dans les bâtiments. Il doit s’agir de portes à fermetures automatiques, conformément à la « Directive pour l’homologation des fermetures coupe-feu » de l’Institut allemand des techniques de construction (DIBt) à Berlin. Si elles doivent être maintenues ouvertes, une unité d’arrêt officiellement homologuée doit être utilisée à cette fin.

Une unité d’arrêt comprend au minimum

  • un détecteur de fumée
  • un dispositif de déclenchement (qui reçoit les signaux provenant des détecteurs de fumée et déclenche le dispositif d’arrêt connecté)
  • un dispositif d’arrêt (par exemple une ventouse électromagnétique avec une contre-plaque de maintien montée sur le mur, ou une fonction électrique intégrée dans le ferme-porte)
  • un bloc d’alimentation
  • un déclencheur manuel d’arrêt d’urgence pour la fermeture manuelle (il n’est pas nécessaire lorsque la fonction maintien porte ouverte peut être dépassée par une faible pression sur le vantail)
  • des dispositifs de sécurité, le cas échéant


Les unités d’arrêt peuvent également être commandées par d’autres détecteurs de fumée ou groupes de détecteurs de fumée tels que les systèmes de détection d’incendie.

Homologation type de l’unité d’arrêt

Pour pouvoir être utilisée en Allemagne, une unité d’arrêt nécessite la délivrance d’une homologation type générale (aBG). Pour cela, elle doit être soumise à un contrôle d’aptitude conformément aux exigences de l’Institut allemand des techniques de construction (DIBt). Ce type d’homologation est généralement valable pour cinq ans et peut être prorogé sur demande.

En cas d’expiration de l’homologation type générale d’une unité d’arrêt, l’installation ne peut plus être intégrée dans le bâtiment. Toutefois, les installations existantes peuvent continuer à être utilisées si elles répondent aux exigences initiales et font l’objet d’une inspection et d’un entretien réguliers. Les exploitants de bâtiments doivent donc conserver le protocole d’acceptation de l’entreprise qui a installé l’installation comme justificatif.

De manière générale, seules les unités d’arrêt complètes accompagnées de toutes les pièces correspondantes sont inspectées et approuvées. Le remplacement d’un composant individuel pour un dispositif qui n’est plus répertorié au sein de l’homologation type entraîne la perte d’autorisation d’utiliser l’unité d’arrêt dans sa totalité. Une nouvelle procédure d’approbation est nécessaire après l’obtention d’une homologation valable.

Les unités d’arrêt GEZE – compactes et sûres

Les portes coupe-feu avec entraînements doivent toujours être combinées avec une unité d’arrêt.

Les portes coupe-feu avec entraînements doivent toujours être combinées avec une unité d’arrêt. © N. Grünwald / GEZE GmbH

GEZE dispose d’une large gamme d’unités d’arrêt, toutes conçus spécifiquement pour être utilisées dans les systèmes de prévention d’incendies. Elles sont toutes contrôlées et certifiées conformément aux normes applicables et sont soumises à la délivrance d’une homologation type générale de la part de l’Institut allemand des techniques de construction (DIBt).

Les unités d’arrêt compactes GEZE se composent d’un ferme-porte en applique et d’un bras à coulisse. Les blocs d’alimentation, les centrales de détection incendie et les unités d’arrêt électromécaniques sont intégrées dans les bras à coulisse – ce qui permet d’éviter les pièces disgracieuses sur la porte ou sur les murs. Pour les variantes du système pour portes coupe-feu à deux vantaux, la fonction électrique des deux vantaux et le sélecteur de fermeture mécanique sont intégrés dans un bras à coulisse continu.

Une variante spéciale primée est l’unité d’arrêt sans fil FA GC 170, qui élimine la nécessité d’un câblage fastidieux des différents composants de l’unité d’arrêt. Cela constitue un avantage particulièrement utile lors de la rénovation de bâtiments existants, en particulier celle de bâtiments classés.

Accéder à la référence : Installation d’une protection contre l’incendie dans un bâtiment classé dans le cadre d’une modernisation

Installation et mise en service simples grâce à la technologie ECwire

Différentes versions des unités d’arrêt GEZE sont disponibles avec la technologie ECwire à double fil pour un câblage simple, par exemple des détecteurs de fumée supplémentaires. Ce système permet d’installer, de mettre en réseau et de mettre en service facilement, des détecteurs au plafond supplémentaires.

Dispositifs d’arrêt GEZE

La gamme GEZE comprend également un certain nombre de dispositifs d’arrêt pour ferme-portes intégrés en applique, pivots de sol et pour automatismes de portes battantes. Ceux-ci peuvent être intégrés individuellement dans le concept de bâtiment en fonction des souhaits du client. Une unité d’arrêt est composée d’un dispositif d’arrêt et d’une centrale de détection incendie (comprenant un dispositif de déclenchement, un détecteur de fumée et un bloc d’alimentation).

Accéder aux unités et dispositifs d’arrêt GEZE

De nombreuses normes et directives

Grâce à ses connaissances spécialisées et à sa longue expérience en matière de planification de la protection contre l’incendie, GEZE est en mesure de fournir des services de conseil complets.

Les installateurs de GEZE sont formés pour répondre à toutes les normes et directives afin que l’installation de l’unité d’arrêt soit en conformité avec les différentes exigences.

Réception et entretien : effectués uniquement par des experts

Prenez garde aux erreurs typiques commises lors de l’installation d’unités d’arrêt

  • l’unité d’arrêt sélectionnée ne rentre pas dans l’angle d’ouverture (le ferme-porte est en contact avec la porte)
  • la porte est trop large
  • l’acheminement des câbles est incorrect / manquant
  • aucune évacuation de fumée n’est possible
  • l’équipement est contaminé pendant la phase de construction
  • l’embout de protection n’a pas été retiré
  • fonctionnement sans protection après la mise en service, contamination du détecteur de fumée 
  • les entrées d’air ont été fermées après la réception initiale en raison des travaux, et les couvercles de protection n’ont pas été retirés après la fin des travaux
  • la distance entre le détecteur au linteau et le plafond est trop petite (un minimum de 20 mm au-dessus du détecteur de fumée est nécessaire)

La réception et l’entretien des unités d’arrêt ne peuvent être effectués que par un expert ou un représentant agréé par le fabricant. L’expertise de ces professionnels doit être prouvée.

L’inspection et l’entretien peuvent également être effectués par les techniciens de service de GEZE

Les unités d’arrêt doivent faire l’objet d’un contrôle tous les mois, et d’une inspection et d’un entretien une fois par an. Le contrôle mensuel est nécessaire pour déterminer si la porte se ferme correctement.

Pour une utilisation des unités d’arrêt en toute sécurité, il convient de porter une attention toute particulière aux points suivants :

  • l’installation est correcte et conforme aux exigences de l’homologation concernée ou aux spécifications du fabricant
  • les exigences en matière d’entretien sont bien respectées
  • les délais de remplacement des composants sont bien respectés
  • la documentation relative à l’entretien est satisfaisante
  • le niveau de qualification minimum requis du personnel d’entretien est respecté

Les techniciens de service GmbH de GEZE sont bien entendu disponibles pour effectuer l’inspection et l’entretien.